20220622 153917

La culture associée comme solution aux pucerons de la laitue n'est pas encore prouvée

La Santoline et l'Alysse sont des plantes qui montrent des effets sur les pucerons et leurs ennemis naturels lors de la floraison. Deux essais en plein champ ont vérifié leur potentiel comme techniques de lutte contre les pucerons dans une stratégie de culture associée dans la culture de la laitue. Les résultats n'ont pas donné de réponse claire mais montrent que l'intervention rapide des ennemis naturels reste la clé d'une solution zéro phyto.

La lutte contre les pucerons est une priorité pour tous les producteurs de laitue. Une forte infestation peut rendre les pommes invendables. En outre, les pucerons peuvent également transmettre des virus qui peuvent causer des dégâts économiques supplémentaires. Le puceron de la laitue (Nasonovia ribisnigri) et le puceron vert du pêcher (Myzus persicae) sont les deux espèces de pucerons les plus courantes dans la laitue. En tant que cultivateur biologique, vous pouvez prendre les mesures suivantes pour les maîtriser: choisir des variétés présentant une résistance élevée à Nasonovia (Nr), favoriser les ennemis naturels en fournissant des plantes fleuries et/ou traiter avec l'un des biopesticides autorisés si la pression des pucerons augmente. Il est également possible de recouvrir la culture d'un filet anti-insectes à mailles fines, mais ses effets sur les différentes cultures de laitue ne sont pas encore suffisamment connus.

Pour répondre aux normes actuelles du marché et de l'environnement, une stratégie durable et à long terme de lutte contre les pucerons dans la culture de la laitue est nécessaire. Dans le cadre du projet Interreg "Zéro-Ph(f)yto F&L(G)", nous contribuons à trouver des solutions à ce problème.

Deux espèces de plantes ayant des effets potentiels contre les pucerons

La culture associée avec des plantes qui influencent le comportement de recherche des ravageurs ou qui favorisent les ennemis naturels dans la culture, offre un potentiel en tant que stratégie de phyto-contrôle zéro. Pour cette étude, nous avons choisi deux espèces de plantes à appliquer dans un système de culture associée avec la laitue pommée comme culture principale: la Santoline (Santolina chamaecyparissus) et l’Alysse odorante (Lobularia maritima). Les deux espèces sont d'origine méditerranéenne et ont une longue période de floraison.

Les études bibliographiques et les expériences des producteurs suggèrent des propriétés intéressantes pour les deux espèces qui peuvent aider à contrôler les pucerons. Les huiles essentielles dérivées de la Santoline montrent un effet répulsif ou négatif sur les pucerons dans plusieurs études. Il n'a pas encore été démontré si cet effet peut également agir par les composants volatils lorsque les plantes sont entre deux cultures. L'Alyssum apparaît bénéfique pour les ennemis naturels. Les fleurs attirent surtout les syrphes et les insectes prédateurs et favorisent leur reproduction et leur activité.

Deux essais de cultures associées dans la laitue pommée

Le PCG et Inagro ont testé l'Alysse et la Santoline en tant que plantes associées dans une culture de laitue pommée en 2022. Le premier essai a été réalisé dans un tunnel en plastique au PCG où des laitues de la variété Shanaia (Rijk Zwaan) ont été plantées le 1er mars 2022. Chez Inagro, le même essai a été mis en place en plein air plus tard dans la saison. Là, la variété Analotta (Vitalis) a été plantée le 25 mai. Les deux variétés ne possèdent pas de Nr résistance.

L'objectif était d'établir les mêmes parcelles de cultures associées dans les deux essais. Comme modèle de culture associée, nous avons choisi de remplacer une certaine quantité de plantes de laitue par de l'Alysse ou de la Santoline. Dans une telle configuration de culture, les plantes associées se développent bien, sans encombrer les plants de laitue ni réduire leur taille. Pour la Santoline, trois ratios ont été testés, dont deux dans chaque essai: 1/3, 1/4 et 1/6 des plantes de laitue remplacées par la Santoline. L'Alysse n'a finalement été testé que chez Inagro à un ratio de 1/10. Le PCG a semé l'Alysse odorante en pots début février mais lorsque la laitue a été plantée sous tunnel, les plantes n'étaient pas encore assez grandes pour être incluses dans la culture.

Dans l'essai en plein air à Inagro, il y avait également deux autres monocultures. Dans l'un d'entre eux, la laitue était recouverte d'un filet anti-insectes à mailles fines (type 'Ornata addu 5080' de Howitec) et dans l'autre, un contrôle des pucerons était appliqué avec un biopesticide agréé. Ces modalités sont considérées comme des pratiques de référence comparatives pour la lutte contre les pucerons dans la culture biologique de la laitue.

 

20220624 zfproef ksl foto1 b20220624 zfproef ksl foto2 b20220624 zfproef ksl foto3 b

 

 

 

 

 

 

 

 

Les modalités de culture associé en laitue pommée plein air: A gauche, 1/4 Santoline ; au centre, 1/6 Santoline ; à droite, 1/10 Alysse odorante (Inagro, 24 juin 2022)

Mesure de l'effet = comptage des pucerons et des ennemis naturels

Le suivi des populations de pucerons et de leurs ennemis naturels dans la culture a été la principale évaluation dans les essais. Dans le tunnel en plastique, cela a été fait par des comptages hebdomadaires sur les pièges et le comptage du nombre de pucerons, de momies de pucerons et de prédateurs sur cinq plantes par parcelle. Dans l'essai en plein air, trois comptages ont été effectués: un premier comptage non destructif, puis deux comptages destructifs. Lors du dernier comptage, nous avons découpé 10 plantes par parcelle pour compter le nombre de pucerons et les ennemis naturels présents sur les feuilles de chaque pomme. Les données de rendement ont également été déterminées dans les deux essais. L'essai en tunnel a été récolté le 22 avril et l'essai en plein air le 4 juillet.

Faible pression des pucerons dans les cultures de printemps

Dans l'essai à PCG, la pression du puceron de la laitue est restée généralement faible et le puceron vert du pêcher n'a émergé que tardivement. Juste avant la récolte, le 21 avril, nous avons compté moins de quatre pucerons par plante dans le témoin non traité. Les modalités de culture associée avec la Santoline n'ont montré aucune différence significative ici. Lors de cette récolte de printemps précoce, la Santoline n'a cependant pas encore fleuri. Par conséquent, la production de composants volatiles organiques n'a peut-être pas encore été maximisée. Nous avons donc meurtri les plantes chaque semaine pour stimuler la diffusion des volatiles des huiles essentielles. Sur la base de nos résultats, nous ne pouvons rien conclure d'un éventuel effet répulsif sur les pucerons. La culture associée à la Santoline n'a finalement pas eu d'effet sur le poids des pommes récoltées dans cet essai. 

Forte pression des pucerons en culture de plein air en juin

Dans l'essai en plein air, les deux parcelles de cultures associées avec la Santoline et l'Alysse avaient été établies. Pendant les deux premières semaines de culture, la pression des pucerons est restée faible. Ensuite, la population s'est développée sous l'influence de conditions favorables et sèches. Le 24 juin, un mois après la plantation, nous avons compté une moyenne de 19 à 26 pucerons par plante dans les parcelles de monoculture non traitées (Figure 1). Dans les parcelles de cultures associées avec 1/6 de Santoline et 1/10 d'Alyssum, nous avons compté en moyenne plus de pucerons par plante mais les différences n'étaient pas significatives. Le 27 juin, nous avons effectué un traitement au pyrèthre naturel dans la modalité de référence phyto (monoculture). Une semaine plus tard, l'essai a été récolté et nous avons à nouveau compté les pucerons sur les pommes récoltées.

Ptn bladluistelling kropsla inagro fig1

Figure 1: Nombre moyen de pucerons par plante dans l'essai en plein air (Inagro, 25 mai au 4 juillet 2022)

Ennemis naturels de tel

Dans le témoin, le nombre de pucerons a diminué pour atteindre une moyenne de 11 par plante à la récolte. Aucun traitement n'a finalement réduit la densité de pucerons dans les pommes récoltées. Dans tous les modalités non couverts, il y a eu une bonne suppression naturelle et nous avons trouvé des prédateurs ou des pucerons parasités sur les plantes à la récolte. En moyenne, nous avons compté environ un prédateur présent sur les plantes pour dix pucerons. Nous avons principalement trouvé des larves de syrphes, des coccinelles adultes, des œufs de chrysopes, des punaises prédatrices et des araignées. En outre, une moyenne de 11% des pucerons ont été parasités par des guêpes parasitaires (déterminé à partir du nombre de momies comptées).

Cependant, les nombres comptés étaient trop faibles et/ou la variation trop importante pour observer des différences statistiques entre les modalités. Dans la culture associée avec l'Alysse à fleurs, nous avons observé une tendance selon laquelle les prédateurs étaient légèrement plus représentés que les pucerons. Dans les modalités avec la Santoline, nous avons constaté un taux de parasitisme légèrement plus élevé. Si la Santoline et l'Alysse favorisent efficacement les prédateurs naturels, cela pourrait aussi avoir une influence positive sur les résultats de la modalité de monoculture non traitée.

Pulvérisation de pyrèthre naturel inutile

Une pulvérisation de Raptol (4,59 g/l pyrethrines + 825,3 g/l huile de colza) s'est avérée insuffisamment efficace dans cet essai pour réduire les pucerons à la récolte. L'action de contact de la matière active pyréthrine assure une réduction des pucerons sur la plante, mais seulement à très court terme. Compte tenu de la période d'attente de sept jours, cette assurance semble très fragile. Un précédent essai similaire réalisé par Inagro en 2020 a donné le même résultat: une pulvérisation unique de pyréthrines un mois après la plantation et une semaine avant la récolte ne donne pas un produit de récolte avec moins de pucerons. Une application plus régulière de pyréthrines n'a pas non plus donné un meilleur résultat.

Qualité inférieure des récoltes sous les filets anti-insectes

Chez Inagro, une modalité a également été recouvert d'un filet anti-insectes en tricot à mailles fines, Ornata addu 5080 (Howitec Netting). Le filet anti-insectes a permis de bien protéger la culture contre les pucerons jusqu'à la fin du mois de juin. Après, la pression des pucerons a encore pu exploser dans l'une des quatre parcelles. Enlever temporairement la filet et la remettre en place présente donc toujours un risque. Couvrir toute la période de culture avec des filets anti-insectes semble également avoir un effet négatif sur la qualité de recolte: les pommes étaient plus grosses, avaient moins de feuilles de la couronne et présentaient un peu plus de meurtrissures. Nous avons également constaté cet effet sous filet climatique lors d'un essai précédent. Il est donc consei​​​​​​​llé de ne pas couvrir une culture pleine air de laitue avec un filet anti-insectes fin ou un filet climatique.

 

20220624 zfproef ksl foto4 b

​​​​​​​​​​​​​​La modalité sous filet anti-insectes en culture plein air de laitue pommée (Inagro, 24 juin 2022)

Pas de conclusion sur la stratégie de culture associée

Les deux essais ne nous ont pas permis de déterminer de manière concluante si une stratégie de culture associée avec la Santoline ou l'Alysse odorante offre une solution zéro phyto pour lutter contre les pucerons dans la laitue. Tant la culture précoce en tunnel que la culture d'été en plein air ont permis de récolter des pommes commercialisables avec un nombre acceptable de pucerons par plante dans tous les modalités. Cultiver des laitues sans utiliser d'insecticides est donc possible, les ennemis naturels jouant un rôle indéniable. Dans une période de culture courte de cinq à sept semaines, la constitution de cette armée de ravageurs le plus tôt possible reste un défi.

Légumes cultures associées essais pucerons filet anti-insecte

Site en mode préproduction